Commission du CNC

Les majors d’Hollywood vous appellent quand votre notoriété est déjà bien établie, à vous les acteurs fétiches, les Oscars vont pleuvoir.

Qui ne s’appelle pas Bunuel ou Wim Wenders peut toujours s’amuser à faire des vidéos pour sa tante ou ses voisins.

Heureusement, pour les jeunes réalisateurs français, élevés dans le giron de la cinémathèque idéale (Quatre-vingt seize fichiers de films téléchargés, vus et revus) l’État Providence existe.
Il suffit de mettre en forme son idée sur un banc de montage vidéo selon un script professionnel et de montrer ce projet à des experts nommés par le Ministère de la Culture.
Le Centre National de la Cinématographie décide : soit c’est oui, avec les milliers d’euros qui vont avec, soit non : il vaut mieux, alors, chercher un CDI comme costumier à la TÉLÉ que de persister à croire à son génie.

Le  Magicien d’Oz se fait donc régulièrement expédier à l’ANPE par cinq Commissaires aux Affaires Esthétiques tout puissants, à moins que ceux-ci ne soient visités par une Grâce dont le caractère divin est certain puisque seul Dieu partage avec eux le mystère de leur décision.

Le candidat réalisateur, évanescent, réduit à la chaise immaculée et rigide, isolée dans l’installation, pose devant une forme d’ordinateur portable, l’image  de barres de téléchargement, seule ; apparaît de l’autre côté de la table d’examen, blanche et sans ornements, cinq formes d’ordinateurs portables lui font face, cinq chaises  en attente du regard fatal ou approbateur.

Figée dans le temps, l’installation est mise à distance, une corde verte la sépare des spectateurs : ici opère l’Aura de la Puissance, qui rejaillira peut-être sur cet art voué, selon le poète, à la reproduction mécanique.

Mais  tout ceci n’est qu’un leurre, les formes sur la table ne sont pas des écrans, mais des toiles striées de couleur, et en surplomb, trois blocs, rouge, vert, bleu, nous orientent vers leur véritable origine : la peinture.

Jean-Marc Bermès


COMMISSION DU CNC
2008, installation peintures, dimensions variables
6 diptyques, peintures acryliques sur toiles 24 X 30 X 1,5 cm par 2, charnières, butées adhésives,
2 tables blanches, bois, 244 X 122 X 76 cm,
1 corde acrylique verte avec tendeurs blancs,
6 chaises “Lula” blanches, techno polymère, acier chromé, hauteur 83cm.

VP 2008, installation peintures
1 étagère blanche 40 x 40 x 4cm, 3 peintures acryliques sur toiles 10 x 10 x 4cm.

Photos : Aurélien Chubilleau, Hervé Bezet

Aller en haut